Historique

C’est en 2006 que le collectif de quartier « LAS BRANAS » a pris son essor et goût à partager des moments festifs ou d’animations avec de nombreux habitants d’un territoire compris entre l’avenue de l’Europe, le Cami Saliè, l’avenue Léon Blum et l’Ousse.

En 2006, l’idée de créer une AMAP intéresse quelques familles qui ont, non seulement envie de manger des produits de qualité, bio si possible, mais aussi de participer à développer une agriculture paysanne de proximité.

En lien avec la présidente, Odile Labourie/Pépin prend la responsabilité des démarches. Des contacts sont pris avec le CIVAM et une rencontre avec une petite productrice de légumes permet de lancer une distribution hebdomadaire de légumes de saison. Une dizaine de familles répond aussitôt positivement.

Il fallait trouver un lieu assez large pour le camion et un abri pour les jours de pluie, puis distribuer les rôles : relation avec la productrice, organiser le paiement des paniers, l’échelonnement des paiements, veiller à la diversification des légumes etc.

Le groupe d’habitants et l’agricultrice se mettent également d’accord sur les méthodes agronomiques employées. Elle adhère à la charte de l’agriculture paysanne et au cahier des charges de l’agriculture biologique. Les participants à l’AMAP recherchent des aliments sains produits dans le respect de l’Homme, de la biodiversité et du rythme de la Nature.

L’esprit de l’AMAP c’est aussi d’accepter de se considérer comme un Consommateur Acteur.

Odile a proposé de faire nos premières expériences à son domicile, et permis de développer cette AMAP dans un esprit collectif, chaleureux et efficace. Petit à petit, avec les bénévoles plus présents de jour en jour, l’AMAP apprend à dépasser les aléas des jeunes expériences : fournisseur vite limité par sa production, urgence d’en trouver un autre plus à même de pérenniser la distribution, besoins des familles qui, en contact avec d’autres AMAP, demandent à diversifier les produits…

La cour d’Odile devient trop petite, il faut chercher un lieu plus adapté qui permette de recevoir plusieurs producteurs et de répondre au nombre croissant de familles.

Le quartier n’est pas bien riche en propositions. Mais Odile ne lâche rien et avec un groupe de bénévoles ils rencontrent M. Dupont directeur de la ferme Saint-Joseph. Convaincu de la pertinence des AMAP sur le plan écologique, de la santé et de la solidarité « rurbaine », il accepte de mettre son établissement à disposition de « LAS BRANAS ».

Après quelques réunions et l’assurance d’une organisation planifiée, sous la responsabilité d’Odile, l’AMAP LAS BRANAS, s’installe à la “ferme Saint-Joseph” et poursuit désormais sa route sans Odile, mais avec l’énergie qu’elle a su insuffler à son développement. La croissance de notre AMAP se poursuit dans le sens de la co-responsabilité, de l’échange et en veillant par ailleurs à favoriser une gestion responsable et partagée des biens communs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.